Fausses vérités

"Tout ce que je vais dire sera vrai, mais ce que je viens de dire est faux..."

En fait vous ne savez plus si je vais dire la vérité ou non.
Il s'agit d'un paradoxe. Mais un paradoxe, c’est quoi ?
À l'origine, un paradoxe est une idée qui va contre le sens commun.

Pour commencer il y a le bien entendu le fameux paradoxe du Crétois. Le premier, du moins dont on ait trace : il est mentionné dans la Bible.

l'artiste Jérémie Bennequin "gomme" les livres

Au VIIeme siècle avant JC, Épiménide le Crétois aurait ainsi affirmé « Tous les Crétois sont des menteurs.» Une phrase considérée par les philosophes antiques comme un paradoxe puisqu'il échappait au principe de non-contradiction.

Car soit Epiménide dit vrai, alors il ment (puisque c'est un Crétois), donc son affirmation est fausse (puisque tous les Crétois mentent). Soit, au contraire, Epiménide ment, et alors son affirmation est fausse.

Sautons quelques siècles. Vers 1900 apparaît ce que l’on appelle le paradoxe du mathématicien Bertrand Russel :

Sur l'enseigne du barbier du village, on peut lire: " Je rase tous les hommes du village qui ne se rasent pas eux-mêmes, et seulement ceux-là. " Savez-vous qui rase le barbier ?
S'il se rase lui-même, alors il ne respecte pas son enseigne. Il raserait quelqu'un qui se rase lui-même. S'il ne se rase pas lui-même, alors son enseigne ment. De ce fait, il ne raserait pas tous les hommes du village.

C’est une dérivation de la théorie des ensembles. Il y a deux ensembles:
Celui des hommes qui se rasent eux-mêmes.
Celui de ceux qui sont rasés par le barbier.
Et le barbier ne pouvant appartenir à l'un d'entre eux, la seule solution semble être celle qui refuse l'existence de ce barbier.

Ces paradoxes scientifiques, et philosophiques remontent à Zénon d’Elée, vers –450 av JC…. Le paradoxe étant celui de la flèche qui n’atteint jamais sa cible, car la distance qui les sépare peut toujours être divisée en deux.

Ce paradoxe de Zénon est résolu, désormais, car Zénon disait, à l’insu de son plein gré, que la vitesse de la flèche était nulle en un instant précis. Il réfléchissait en fait comme si la flèche, à tout moment, avait pu rester immobile, en l’air. C’est évidemment faux. Par nature de l’expérience, la vitesse de la flèche n’est jamais nulle dans le repère de l’observateur, et encore moins du point de vue de celui qui va avoir le cœur percé.

Cette petite histoire nous révèle au passage que les paradoxes ont une fonction logique et scientifique. Ils servent à interroger le monde. Ou plutôt, ils servent à tester les limites des systèmes de pensée qui nous permettent d’interroger le monde. Ce sont des révélateurs de faiblesses et de contradictions.

Zénon, par exemple, philosophe sceptique, contestait les conclusions de Pythagore sur la finitude du monde et la toute puissance des nombres. A l’époque il s’agissait de savoir si le monde était fait de mathématiques, si tout tombait juste, la trajectoire des flèches, des astres, le destin des empires…

Le paradoxe joue un rôle moteur dans les sciences, parce qu'il pousse à l'analyse fine, et de là à une formalisation mieux poussée et à la recherche d'une meilleure cohérence. Il a de plus un effet si motivant et mobilisateur (bien que non fédérateur) qu'on le rencontre comme élément fondamental de constructions scientifiques. En fait les paradoxes permettent de pourchasser les défauts de raisonnement

En science, en morale, en littérature, mais aussi en politique, dans la vie quotidienne. Je peux vous conseiller à ce sujet le très bon livre de Philippe Boulanger / Alain Cohen, aux Editions Belin : "Le trésor des paradoxes". Une somme étonnante
On y trouvera de beaux exemples sur Internet, aussi, sur le site d’Alain Cohen, ou sur beaucoup d’autres, comme celui de Thérèse Eveilleau
ou encore celui de Gerard Villemin

Les paradoxes nous emportent jusqu’aux figures rhétorique fondées sur l’absurde, un peu comme l’oxymore, vous savez, cette accolade entre deux mots au sens contraires.

Le "merveilleux malheur" de Boris Cyrulnik , le "silence assourdissant" (de Camus, dans La Chute), les "splendeurs invisibles" de Rimbaud.

Shakespeare : « C’est de la peur que j’ai peur »
Oscar Wilde « Si vous avez dit la vérité une seule fois, on ne vous croira plus jamais, même si vous mentez beaucoup par la suite… »

Ou celui-ci, tiens :
« Je l’ai revu l’autre jour. Il avait tellement changé qu’il ne m’a pas reconnu »


=========================
Les blogs de la semaine

Celui du journaliste Fabien Gruhier, du Nouvel Observateur, qui s’intitule « tube à essais » , qui est un peu une veille de l’actualité, avec commentaires. Des commentaires qui ne manquent pas de sel, notamment ceux à l'égard des touristes de l'espace, qu’il compare à des vacanciers voulant se prendre pour Christophe Colomb, explorateurs du grand large, alors qu’ils iront juste faire qu’un petit tour en pédalo dans les hautes couches de l'atmosphère.

Et celui de Yann Libesart, en mission dans le grand sud, aux îles Kerguelen, qui narre la vie de cette base française avec humour et précision. Son dernier post vous dira tout de la bataille que se livrent les manchots et leurs prédateurs, les skuas.

Aucun commentaire: