Foules


foto

Cet extrait d'une opinion publiée par le MONDE
à propos de la commémoration de l'anniversaire du seisme du Sichuan

Pour contrer ce négationnisme d'Etat, leur mémoire est externalisée : seuls des historiens en dehors de Chine publient des travaux. Et c'est à l'étranger que des serveurs mettent en ligne les données sur ces événements. Ainsi du mouvement religieux du Falun Gong, qui égrène sur ses sites Internet hébergés à l'étranger les noms et le récit des tortures de ses membres persécutés depuis dix ans. Ainsi des organisations tibétaines en exil, qui tentent d'identifier les victimes tibétaines de la répression qui a suivi les protestations du printemps 2008. Privés de recours juridique, ces citoyens chinois sont annihilés jusque dans la mémoire de leur existence.

M'amène à cette réflexion

Veillées de chasseurs
Contes
Mythologies

Livre de Foi
Imprimerie
Journaux
Romans

Radio
TV
Cinéma

Internet

D'Homère aux Bulletins de la Grande Armée, en passant par le Tipitaka ou le Pentateuque, l'histoire de nos groupes, sociétés, civilisations a été marquée par la transmission d'une mémoire façonnée par un compromis entre celui ou ceux incarnant un pouvoir, et l'individu.

C'est la première fois dans l'histoire que nous possédons l'outil de conserver la trace et la mémoire des êtres, des individus, et non plus d'un chant collectif. Quelque chose s'ouvre sous nos pas. Comment va s'organiser demain le compromis entre Moi, et le groupe ?

Au regard de l'histoire, je parierai sur un séisme.
Une déferlante, sourde, dont le son ne parviendra à nos oreilles qu'après nous avoir aveuglés.
Aucun pessimisme à cet égard. Une pincée de fatalisme, tout au plus.

"Les bons rois sont les seuls ennemis dangereux que possède la démocratie" (O. Wilde)

2 commentaires:

marie a dit…

Un seul mot : bravo !

Anonyme a dit…

Très juste. Le chant collectif est devenu inaudible. C'est ce qui fait son intérêt. Comment l'entendre ?