Un monde de plastoc (1)

Ou le tour du monde des vilains petits canards.

foto
Tout commence le 1o janvier 1992, lorsqu'un conteneur tombe d'un cargo au beau milieu du Pacifique. Jje vous confirme que les gens qui naviguent sur de petites coques de noix comme moi adorent ce genre de boîte en acier évoluant entre deux eaux au large et qui vous expédient par le fond en moins de deux. Le plouf eut lieu par 44ºN, 178ºE.


Le conteneur transportait 29.000 jouets en plastique fabriqués en Chine, dont les fameux petits canards jaunes. Des jouets à destination des Etats-Unis et qui vont être peu à peu être retrouvés sur tous les rivages du monde, illustrant la circulation maritime (et la pollution) mondiale des océans.

C'est d'ailleurs par des méthodes de ce genre (libération de flotteurs en un point précis) que l'on trace les courants à échelles de ports ou d'embouchures. Mais on "osait" pas le faire à échelle planétaire. Voilà. C'est fait.

Les petits canards sont "griffés" et une prime est promise pour ceux qui les trouvent et les expédient à la "marque".

  • 1992 (16 novembre) : les premiers canards accostent en Alaska, par la boucle subpolaire
  • 1995 : tour du Pacifique par le nord. On en trouve au Japon, à Hawaii, ils reviennent sur la Californie.
  • 1995-2000 : certains passent le détroit de Béring et pénètrent en Arctique pour redescendre en Atlantique. Oui. Ils "font" le passage du "Nord-Ouest".
  • 2000. Canards en vue sur les côtes du Maine et du Massachusetts.
  • 2001. Canard dans la brume de Terre-Neuve
  • 2003. Décembre : Leur têtes sont mises à prix. La firme First Years offre $100 en bons d'achat à quiconque enverra un canard marqué et ayant voyagé jusqu'en Atlantique nord.
  • 2007. 15 juillet : canard recueilli sur les côtes britanniques, comme prévu par les océanographes. Victoire.
Curtis Ebbesmeyer, qui travaille à Seattle, estime que 10.000 conteneurs tombent à l'eau chaque année ! Merci les gars, mais ce n'est plus la peine !




1 commentaire:

Petite Jeanne a dit…

J'avais entendu parler de cette histoire, mais à force de chercher des informations plus précises et de demander autour de moi en vain, j'avais fini par croire que c'était une légende urbaine. Je suis donc bien contente d'avoir trouvé cet article. Après avoir découvert votre blog il y a plus d'un an, j'avais acheté votre livre que j'ai lu cet été et qui m'a permise, entre deux années universitaires de philo, de respirer sans couper le cordon. Bref, à chaque fois que je reviens ici, je ne suis pas déçue.