Attention, chute de Nobels

Le prix Nobel, cela vous tombe dessus sans vous demander votre avis.

Cette phrase, c'est Georges Charpak qui la répétait, au lendemain de son Nobel à lui, il y a quelques années. Elle est juste (on ne s'attribue pas un Nobel), et fausse :il faut tout de même faire partie du bon club scientifique du moment et ne pas être fâché avec trop de jaloux.

Encore sous l'émotion, notre ami délicieux et génial (inventeur de nouvelles méthodes de détection des accélérateurs de particules) se demandant s'il allait enfin pouvoir développer des techniques pour lire, à la surface des vases de l'antiquité, les signaux sonores qui avaient été inscrits par les voix des potiers hellènes lorsqu'ils tournaient leurs glaises tout en papotant avec la voisine (véridique).

Sonnez trompettes. Célébrez, ministères. Déroulez tapis et savourez canapés ! Nous avons donc avec Albert Fert un nouveau physicien sanctifié, euh pardon nobélisé en France (la même année que celle du départ aux paradis des curieux de notre ami Pierre-Gilles de Gennes, ouf cela maintient les statistiques). Les possesseurs d'Ipod lui disent merci pour ses travaux magnétiques

Dans le concert de gloriole qui s'annonce, je voudrais tout de même signaler aux zappeurs et autres béotiens qui ne fréquentent pas les travées bien cirées de la Royal Swedish academy of science, ni du Karolinska instute, que tout ceci reste tout de même une course à l'échalote. Une belle grosse et appétissante, mais une échalote tout de même.

Des légions d'autres chercheurs, demeurés eux dans l'ombre, ne connaissent pas la gloire des médias ni même celle, plus généreusement répartie pourtant, du succès et des mariages avec fils ou fille de bonne famille.

Leur liste est bien plus longue que celle des lauréats de Stockholm.

Je ne la dresserai pas, car dresser une liste serait en exclure d'autre
C'est la quadrature de la liste.
Il faudrait faire la liste de toutes les listes méconnues, un jour.
Elle serait infinie.

Non tout le problème en science (comme ailleurs, notez), c'est que bien souvent (je n'ai pas dit toujours) c'est que les plus lucides et clairvoyants esprits sont en général en avance sur leur temps. Et les lauriers tombent souvent sur les crânes de leurs successeurs.

Ne me faites pas dire que je souhaite ici voir créer et attribuer un Nobel particulier pour mérites en tous genres à Claude Allègre. Ce n'est pas le cas.

Juste signaler au passage aux distraits et aux insomniaques que la recherche est une activité collective à infinie dose de boulot, de hasard et d'humilité.

Et comme dirait mon touilleur de mayonnaise moléculaire préféré : "Vive la connaissance !"

Aucun commentaire: