Rapid flowers


Nébuleuse d'Orion. Telescope Hubble (Esa-Nasa)

En collaboration avec leurs collègues de l’Université de Cambridge au Royaume-Uni et les laboratoires américains Sandia (Californie) et Argonne (Chicago), les chercheurs du laboratoire de physique des atomes, des lasers, des molécules et des surfaces (PALMS, CNRS/Université Rennes 1) ont étudié une cinquantaine de réactions entre des atomes d’oxygène et des hydrocarbures, à des températures comprises entre 23 K et 298 K (– 250 et 25 ° Celsius). Ils ont montré que certaines réactions lentes à température ambiante (sur Terre) devenaient rapides à basse température (et dans le "vide"), un phénomène lié à la présence ou non d’une barrière énergétique autour des molécules sidérales.

"C'est des éléments que provient tout ce qui a été, qui est, et qui sera dans l'avenir,
C'est par eux que les arbres, les hommes et les femmes peuvent grandir,
Et les bêtes sauvages et les oiseaux et les poissons qui vivent de l'eau,
Et même les dieux à la longue existence, rayonnants des honneurs des plus hauts,
Les éléments sont toujours les mêmes, mais ils vont des uns aux autres, circulant
Sous des formes différentes, tant leurs échanges produisent de changements..."
EMPEDOCLE (La genèse des éléments, Vème siècle avant notre ère)

Aucun commentaire: