La couleur des Idées

C'est la bonne nouvelle de ce lundi. L'inutile et ridicule raz de marée des médias à propos des élections US et le choc psychologique que la planète en espère (dernier horizon, nouvelle frontière, le show bizz en lieu et place des idéologies ?) va se conclure cette semaine.
Si comme moi vous n'en pouvez plus de ces reportages bidon, de ces points de vue superficiels et tronqués à propos des Etats-Unis, de leur cirque, et du monde vu par le petit bout de la lorgnette de Milwakee en trente secondes express coupées au montage, je vous suggère une cure. Une réflexion. Une lecture, et pas forcément Tocqueville. Non. Conrad, par exemple, "Au coeur des ténèbres". Je suis retombé par hasard sur ce texte et l'écriture parfois difficile du marin connaisseur de toutes les eaux humaines et troubles est ici d'une limpidité sans faille pour nous suggérer son, ce, notre monde opaque et complexe. Ou décidément vous ne pouvez plus vous passer de nos cousins Etatsuniens et de leurs inusables regrets de ne plus être les maîtres du monde, et d'ailleurs de ne l'avoir jamais été a part une minorité d'entre eux, voyez "Vote Report". Ou comment les dernières technologies (Twitter) sont convoquées à la rescousse pour tenter de contrer les manipulations du vote dans la "plus grande démocratie". Ces enfants de l'Ouest resteront d'éternels galopins, tellement prévisibles, avec leurs flingues et leurs joujoux à quatre roues motrices, que même les "faiseurs" d'histoires, à Washington et à Palo Alto, n'en croient plus leurs yeux, oscillant entre four rire et désespoir. Obama, dernier avatar de l'espoir à bon compte, mis en scène au pays de Disney et des contes ramollis si moraux.

Le sympathique sauveur noir va faire des US une nouvelle nation. Souvenez-vous de cette phrase. Elle résonne déjà pour moi comme toutes ces larmes que l'on versa à propos de ce sauteur de Kennedy, sans même accorder un regard au sinistre bilan de ce gugusse soumis à tous les vents fétides, à commencer par les faucons et les vrais salauds, de la baie des Cochons au Vietnam et à la déconstruction européenne à coup d'implantation de missiles.

J'espère ma crainte infondée. Qu'il saura surprendre son petit monde, à Washington, et mettre en place une intelligence de combat. Pénétrer au coeur de cette mélasse qu'est devenue l'Amérique pour y dénicher quelque chose ressemblant à autre chose qu'à une bande d'attardés désireux de se vautrer dans des jeux électroniques où l'on engrange des dollars et l'on bute des Arabes.


Ah si autre chose, dans ce ciel encombré de noirs orages et de joyeux éclairs : un lambeau de ciel bleu, vous savez ce bleu transparent qui renvoie à ces matins d'enfance lorsque le coeur léger nous partions à la pêche à la grenouille au lieu de nous contenter de lustrer de nos culs les bancs du collège. 

La naissance de "L'amateur d'Idées". Un site d'exploration sans plus et c'est là l'essentiel des courants et des idées, bien loin des canons épuisés étriqués efflanqués de nos médias poussifs, des émissions convenues et pitoyables éternellement à la gloire de nos "verts luisants" (BHL, l'autiste ayant bu le monde dans les bars à putes de Phuket, FOG et son sourire de spadassin, la comédienne has been soudain violée dans son enfance, d'Ormesson-les-mirettes-la vie-c'était-bien-surtout-la-mienne et consors)

Aucun commentaire: