Impossible à rassasier

Connaissez-vous Stig Dagerman ?
Comme tout le monde ou presque je suis en train de grignoter Stieg Larsson (Millénium). Lorsque le style plat de ce récréatif polar (oui on peut être plat et récréatif) me berce de langueurs par trop monotones (la traduction produite par Actes Sud n'aide pas, faut-il hurler) je relis Dagerman (découvert grâce à Stéphane, de Pontrieux, merci à toi)


"Je suis dépourvu de foi et ne puis donc être heureux, car un homme qui risque de craindre que sa vie soit une errance absurde vers une mort certaine ne peut être heureux. Je n’ai reçu en héritage ni dieu, ni point fixe sur la terre d’où je puisse attirer l’attention d’un dieu : on ne m’a pas non plus légué la fureur bien déguisée du sceptique, les ruses de Sioux du rationaliste ou la candeur ardente de l’athée. Je n’ose donc jeter la pierre ni à celle qui croit en des choses qui ne m’inspirent que le doute, ni à celui qui cultive son doute comme si celui-ci n’était pas, lui aussi, entouré de ténèbres. Cette pierre m’atteindrait moi-même car je suis bien certain d’une chose : le besoin de consolation que connaît l’être humain est impossible à rassasier".

1 commentaire:

Emmanuelle M. a dit…

J'ai découvert ce texte long, intense et bouleversant dans la reprise "slamée" qu'en ont fait Les Tetes Raides récemment, n'ai pas manqué de faire des recherches tout de suite après, et ai découvert l'origine du texte. Scotchée !!
NB qui n'a rien à voir: quel joli blog que le vôtre, plein de choses qui me parlent fort pour des raisons que je garde pour moi et pour l'oiseau à la tête dans les étoiles. Pourvu que vous ne vous en lassiez pas trop vite ... :-(