Nancy Spero dans Beaubourg

Nancy Spero
Female Bomb, 1966
Gouache and ink on paper
86.4 x 68.6 cm
Collection of Barbara Lee, Cambridge, MA, USA

Le féminisme aux antipodes du féminisme "marketing" des magazines féminins du congrès pour dirigeantes de Deauville, de la pensée féministe bon chic bon genre et bobo (je suis une femme libérée tandis que ma bonne malgache ou marocaine fait le ménage au black).


Le féminisme révolté comme on l'aime. Radical. En déséquilibre interpellant et risqué posant une question plus vaste que la condition de la femme celle de l'être et de nos sociétés fondées sur l'hystérie du rôle et du mensonge.

Nancy Spero secoue et on en demande davantage.

"Toute humanité veut vivre, mais elle ne veut pas payer le prix et ce prix est le prix de la mort."


1 commentaire:

Sophie a dit…

Je ne connaissais pas cette artiste, merci pour le partage.
Bien vu, le soi-disant féminisme et la bonne malgache...
Bien à vous